Style Selector
Layout Style
Boxed Background Patterns
Boxed Background Images
Color Scheme

Les masques abondent au cinéma. Je veux dire sur l’écran.

Dans un montage récent, Luc Lagier en aurait recensé une centaine. Pour ma part, je me souviens en avoir vu tout au plus une vingtaine : ceux qui terrifient, ceux que portent les gangsters, ceux qui participent du plaisir et de la fête. Vous trouverez ci-dessous dix exemples de films à masques qui m’ont laissé des souvenirs divers.

Hellzapoppin, 1941, de H. C. Popper: dans un gag très court, un homme portant un masque qu’il juge effrayant ne fait peur à personne jusqu’au moment où il révèle son vrai visage qui terrifie tout son entourage. Sous-titres de Pierre Dac.

Masque(s) de cire, (Mystery of the wax museum), 1933, où Michael Curtiz met en scène un sculpteur défiguré qui moule les corps de ses victimes dans la cire.

Les Vacances de M. Hulot, 1953. Jacques Tati, M. Hulot, déguisé en flibustier, fait danser la charmante Martine qui dissimule, faiblement, son visage derrière un loup.

Mr Arkadin (Dossier secret), 1955. Orson Welles masqué y raconte à ses invités les anecdotes du scorpion et de la grenouille ainsi que celle du cimetière avec ses pierres tombales aux dates mystérieuses.

Les Yeux sans visage, 1960, Georges Franju. Edith Scob défigurée dans un accident doit porter un masque mais Claude Brasseur, son chirurgien de père, décide de lui greffer la peau d’une fille qu’Alida Valli, son aide, a kidnappée.

Le Masque du démon, 1960. Mario Bava. Le démon au masque terrifiant se cache dans de sinistres tombeaux.

Le Masque de la mort rouge, 1962. Roger Corman y adopte le célèbre récit d’Edgar Poe.

Le Cercle Rouge, 1970. J.P Melville. Montand et ses comparses y dissimulent leur visage pour échapper aux caméras de surveillance lorsqu’ils braquent une bijouterie de la place Vendôme.

Halloween, alias La nuit des masques, 1978, John Carpenter. Très saignante histoire du tueur fou masqué. Gros succès commercial. Le personnage réapparaît dans cinq autres films : c’est dire.

Eyes Wide Shut, 1999. Stanley Kubrick y met en scène le personnage de Tom Cruise qui s’introduit dans une très mystérieuse cérémonie que célèbrent des invités masqués.

Etc, etc. A vous de compléter la liste de ce bal des masques qu’aurait apprécié Verdi.

G.R. (le chroniqueur masqué)

 

 

Quelques rajouts, en vrac, du rédacteur (Olivier Toureau):

-Phantom  of Paradise (Brian de Palma – 1975))
-Scream (et ses suites) (Wes Craven – 1996)
-L’homme au masque de fer (James Whale – 1939 et Randall Wallace – 1998)
-L’homme au masque de cire (André de Toth – 1953)
et:  la série des Stars Wars ( Georges Lucas – 1977), des Batman ( Tim Burton – 1989), des Spiderman ( Sam Raimi -2002), des Zorro (Martin Campbell – 1998)……
A suivre!!

Spread the word. Share this post!