Pourquoi dit-on, presque indifféremment : j’ai vu ou j’ai regardé tel film à la télé ; mais jamais : j’ai regardé ce film au cinéma ?

En général regarder implique une intentionnalité, alors que voir est plutôt passif ou accidentel. Si je n’ai pas regardé la fin du film, c’est que je l’ai décidé (il était trop mauvais) ; si je n’ai pas vu la fin, c’est que j’ai été interrompu. Mais l’action de voir un film au 400 Coups (ou un match au stade Armand Chouffet) suppose-t-elle moins de volonté que de le regarder sur Canal+ ?

C’est plutôt que regarder est une recherche suivie d’un choix : quand je regarde un mot dans le dictionnaire, je le sélectionne parmi d’autres. De même, si je regarde un programme à la télé, c’est que j’insiste sur le choix que j’ai opéré entre plusieurs chaînes, choix que je peux annuler et modifier librement à tout moment. Alors que si j’ai vu un film à la télé, c’est que je suis tombé dessus plus ou moins par hasard (j’ai revu la Grande Vadrouille sur TF1). Au cinéma, j’ai certes choisi le film que je vais voir, mais une fois dans mon fauteuil, je n’ai plus de choix. Avant ou après la séance, je dirai donc : je vais voir, j’ai vu un film.

En revanche, pendant la séance, je peux choisir de regarder l’écran, ou ma voisine, ou ma montre. Je peux aussi porter mon attention sur telle ou telle partie du film : j’ai regardé le générique, j’ai regardé les décors ou les fesses de l’actrice.
Avoir vu une chose, c’est aussi la connaître, pouvoir dire qu’on l’a vue. As-tu vu l’exposition Matisse ? As-tu vu le dernier Woody Allen ? À Paris, j’ai vu la Tour Eiffel. Dans aucun de ces trois cas, voir ne peut être remplacé par regarder. En revanche, on regarde un coucher de soleil, parce que l’avoir vu n’épuise pas le désir d’en voir d’autres.

Sidney Neruda

Spread the word. Share this post!

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *