A quel genre rattacher ce film qui nous vient d’Allemagne?
Certainement pas à la “comédie dramatique” dont parle le critique de Télérama qui devait être mal réveillé ce matin-là ( les projections pour la presse ont souvent lieu le matin ).

Une histoire d’amours contrariées ? Christian et Marion travaillent côte à côte, tous deux ont une expérience plombante : Christian sort vraisemblablement de prison et Marion est malheureuse en ménage. Rencontre, sympathie, attirance… Ce pourrait être une histoire d’une grande banalité ; mais elle se situe dans les coulisses et les rayons d’un supermarché où les employés, anonymes, passent leurs journées à garnir les étagères ou à conduire des chariots élévateurs au son d’une valse de Strauss, musique in ou off, on peut se le demander !

Ce cadre est décrit avec une précision documentaire : tâches répétitives, petits resquillages, déplacements incessants que suivent des travelings et auxquels Christian et Marion arrivent parfois à échapper.

C’est davantage qu’un couple de “misfits” qui nous est montré, mais la métaphore d’une société désespérément grise. Mais attention ! Le réalisateur ne nous livre pas un pamphlet politique, pas plus qu’il ne schématise les rapports de ce couple amoureux auquel le spectateur s’attache vite.

En dire plus, et il y aurait beaucoup à dire, serait déflorer le sujet de ce film original que nous recommandons vivement.

G.R

Spread the word. Share this post!

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *