The Guilty

Jakob Cerdegren, officier de permanence dans un centre d’appel d’urgence de la police, reçoit un soir l’appel désespéré d’une femme qui vient de se faire kidnapper par son mari. La communication est soudain coupée et il ne peut compter que sur lui même pour renouer le contact et tenter de lui venir en aide.
Premier film d’une maîtrise époustouflante, The Guilty est un huis clos haletant au procédé simple mais redoutable reposant sur l’unité de temps, de lieu et d’action qui vous tient en haleine durant 1h25, sans que pourtant vous ne rencontriez jamais les protagonistes.
Dès lors, c’est comme si vous n’étiez plus au cinéma mais à la radio, avec comme seuls supports les bruits et les voix pour créer les images de cette histoire aux multiples rebondissements.
C’est terriblement efficace et ce n’est pas sans rappeler un autre bijou du genre, « Locke » avec Thomas Hardy sorti en 2014.

Catherine Vermorel

Spread the word. Share this post!

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *