Affiche Sully

Une fois n’est pas coutume, nous nous sommes permis une infidélité aux 400 coups et sommes allés au Rex voir Sully dont le programmateur avait eu l’excellente idée de prévoir deux projections en version originale. Pensait-il ainsi attirer les spectateurs de l’espace Barmondière ? En tout cas, on ne se bousculait pas dans cette immense salle dont on a peine à imaginer qu’elle est vouée à courte échéance à la démolition.

Sully donc. Et c’est le sobriquet de Chesley Sullenberger, personnage central de ce docu-fiction, qui fit amerrir son Airbus en perdition et ses 155 passagers dans les flots glacés de l’Hudson le 15 janvier 2003. Sully est immédiatement considéré comme un héros par la population américaine, cependant que la commission de la sécurité aérienne demande à en savoir plus et semble presque fonctionner comme un tribunal jugeant un pilote irresponsable. Tout le film joue sur cette ambiguïté, au point que Sully en vient à se demander s’il n’a pas effectivement agi inconsidérément. Héros ? anti-héros ? Presque tout le cinéma de Clint Eastwood nous offre des figures semblables dans des contextes très différents, depuis l’Inspecteur Harry, en passant par Pale Rider, Impitoyable…. On peut faire également une lecture politique de Sully et opposer aux forces du mal à l’œuvre lors des attentats du 11 septembre 2001 ( Sully se les représente dans son cauchemar ) les valeurs positives de ce scénario. Une Amérique triomphante, optimiste…républicaine ? Eastwood aurait-t-il voté Trump ?

Guy Reynaud

Spread the word. Share this post!

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *