Le dernier film de Hiner Saleem (surtout connu pour Vive la mariée en 1998 et My sweet Pepper Land en 2013) peut passer, si l’on se fie au synopsis et à la bande annonce, pour une petite comédie policière légère et drôle.

Le film se passe sur une île turque à la population typée et typique. Un inspecteur stambouliote vient relancer l’enquête relative à l’assassinat d’une romancière américaine, installée dans l’île. Cheveux gominés, regard sombre et imper à la Bogard au col relevé, Fergan s’est échappé d’un film noir. Il a pour lui du flair et des méthodes innovantes en ce territoire retiré. De quoi déstabiliser la police locale…Manifestement, il n’est pas le bienvenu, d’autant que son enquête fait remonter des vieux« secrets » que les autochtones n’ont pas envie de voir ressurgir.
C’est souvent filmé façon Podalydes (on pense aussi à un vieux Mocky ou à Chabrol pour la causticité) et on se croirait chez Agatha Christie. Le « plus », c’est une galerie de personnages assez caricaturaux qui pour certains semblent sortis de vieux polars américains.

Là où le film devient intéressant, c’est que sous son aspect « grosse comédie », il soulève des thématiques plus profondes comme le rôle de la femme et surtout le racisme anti-kurde qui malheureusement gangrène la société de cette île (et probablement de toute la Turquie).
On pourrait croire en voyant la bande annonce qu’il s’agit d’une comédie complètement barjot. Fausse piste, les gags ne constituent pas l’essentiel du film, et la recherche du meurtrier de la belle américaine va surtout donner l’occasion d’une série de coups de projecteur sur une communauté conservatrice et repliée sur elle-même.

Rassurez-vous, on n’est tout de même pas dans un film « à thèse » et on passe un excellent moment avec cet enquêteur sans s’ennuyer une seule seconde (ce qui devient rare dans le cinéma actuel!). Nous avons affaire à un metteur en scène talentueux qui sait alterner des scènes intenses et d’autres plus légères et qui utilise admirablement le cadre de son film (une île où apparemment les citadins viennent se reposer de l’agitation d’Istanbul).

Alors, même si on se contrefiche de savoir Qui a tué Lady Winsley, n’hésitez pas à aller voir ce film, je puis vous assurer que vous passerez un bon moment !

Olivier Toureau

Spread the word. Share this post!

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *