Style Selector
Layout Style
Boxed Background Patterns
Boxed Background Images
Color Scheme

L’ordre des choses. Film d’Andrea Segre – Italie/France/Tunisie – drame- 1h 55 –

Présenté hors compétition à la Mostra de Venise 2017
Amilcar du jury de la critique au Festival du film italien de Villerupt 2017
Quand la fiction précède la réalité. Film d’actualité traitant de la politique migratoire de l’Europe vis-à-vis des migrants venus des pays africains, et de la mission confiée à l’instable Libye pour les retenir en Afrique.
L’ambiance de déshumanisation, de terreur dans les camps libyens est très bien rendue en contraste avec la vie dans les hôtels de luxe où réside notre haut fonctionnaire.
Le personnage du haut fonctionnaire italien chargé de traiter avec les différents groupes libyens est très intéressant. Très froid et méthodique au début on le voit devenir hésitant, prendre des risques, ébranlé par ce qu’il a vu dans les camps de rétention. Ses collègues étrangers, intervenant avec lui en Libye, sont aussi des personnages intéressants. La prise de conscience de sa responsabilité se fait peu à peu. Comment va-t-il va se positionner en tant que serviteur de l’Etat italien, citoyen européen mais aussi frère en humanité de tous ces aspirants à une autre vie ?

Sylviane Llobell

Mon XXe siècle.
Film de Ildiko Enyedi – Hongrie – 1ère sortie en 1989 – 1h 42 – comédie dramatique -Version restaurée (sortie : 13/03/2018)

Festival de Cannes 1989 : caméra d’or Un certain regard.
Film en noir et blanc très onirique et plein de poésie aux très belles images.
Tout commence en 1880 : dans l’état du New Jersey, on fête Edison et la Fée Electricité, et en même temps à Budapest, naissent deux sœurs jumelles. Comme dans un conte de fée, la vie les sépare lorsqu’elles sont encore enfant, et 20 ans plus tard en 1900, elles vont prendre le même train mythique l’Orient Express, aimer le même homme…
Progrès, modernité, changement de siècle, Nouveau monde et Vieille Europe, émancipation de la femme sont évoqués avec beaucoup de grâce.
Un plan séquence récurrent d’un ciel étoilé, vient ponctuer les différentes parties de la narration.
Un film surprenant, inhabituel.
Ildiko Enyedi, réalisatrice et scénariste hongroise a reçu l’Ours d’or à la Berlinale 2017 pour « Corps et âme ».

Sylviane Llobell

 

La fête est finie Marie Garel-Weiss.

Dans son premier film, tourné en Rhône-Alpes, la jeune réalisatrice (qui a été scénariste et a réalisé des courts métrages) nous parle d’une histoire qu’elle connaît bien, et qui nous concerne tous.
Il s’agit d’addiction, de dépendance sous toutes ses formes, d’amitié, de combat, mais surtout de la vie et de ses différents aspects, y compris les plus complexes.
Sihem et Céleste sont deux très beaux personnages, riches, nuancés malgré les apparences, et la relation entre elles est campée avec beaucoup de finesse.
Et surtout elles sont incarnées par deux comédiennes formidables.
Zita Hanrot, qu’on avait déjà remarquée en fille brillante dans « Fatima » de Philippe Faucon, et Clémence Boisnard, qui, à part un rôle secondaire dans « l’âge atomique » de Héléna Klotz, débute et crève l’écran.
Ce film est également un hommage, sans concession ni angélisme, au travail des thérapeutes et travailleurs sociaux engagés dans la lutte contre les addictions, quelles qu’elles soient.
Ni plombant, ni simpliste, un film à voir !

Sophie Rakotomalala

 

 

 

 

Spread the word. Share this post!

Leave A Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *