Style Selector
Layout Style
Boxed Background Patterns
Boxed Background Images
Color Scheme

Copyright Universal Pictures

Marie Sauvion, notre présidente du jury des Rencontres 2017, disait récemment détester parler de chef d’œuvre pour un film, et pourtant le mot lui sortait tout droit de la bouche sans qu’elle puisse le retenir après la projection de Phantom Thread !

Et bien, n’hésitons pas, car ce long métrage touche au sublime tant sur le fond que sur la forme. Le trio Daniel Day-Lewis (Reynolds Woodcock), Vicky Krieps (Alma), Lesley Manville(Cyril), fonctionne à merveille pour nous emporter dans cette histoire qui se déroule dans le Londres des années 50 et qui est librement inspirée de la vie du créateur Balenciaga.
Le réalisateur nous parle ici de création et de passion amoureuse qui se répondent sans cesse en déployant toute leur complexité et leurs excès.
L’image est saisissante de beauté et les plans travaillés comme des tableaux dans lesquels les acteurs évoluent au rythme de leurs émotions respectives sans que le spectateur ne soit jamais captif du point de vue de l’un au l’autre des protagonistes.
Rien n’est laissé au hasard, la maîtrise de la mise en scène fait de ce film une évidence, un joyau que l’on caresse des yeux tout comme les robes dont Alma se fait vêtir.
Tout le processus créatif du couturier n’a d’égal que l’énergie que la jeune met à se faire aimer.
Obstinément, tous deux, sous le regard de Cyril (la sœur réduite à l’état de « vieux machin ») tissent leur fil fantôme jusqu’à se rejoindre dans un dénouement final qui vous laissera scotché à votre siège.
Seul regret, que ce moment magique de cinéma ne dure que 2 heures …

Spread the word. Share this post!

Leave A Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *