Ce deuxième week-end de février, les Quatre-cents Coups accueillaient à nouveau, grâce à des amitiés locales, Jean-François Stévenin et Yann Dedet, l’un acteur et réalisateur bien connu, l’autre monteur réputé ( Truffaut, Pialat…) et auteur d’un premier long métrage.

Avec Passe-montagne, Stévenin, mettant ses pas dans ceux de Cassavetes et de Rozier, livre un récit truculent où, sur fond de combe jurassienne se déchaînent le personnage de Jacques Villeret et le sien propre. On peut être déconcerté par le récit et son rythme imprévisible, voire excédé par le retour de virées nocturnes, de beuveries avec les indigènes, d’errances forestières, mais ces improvisations très contrôlées sont revendiquées par l’auteur dont l’ambition est de montrer les aléas de la vie quotidienne et les valeurs de l’amitié, clef du film. ( lire à ce sujet Le Point de Vue du Lapin, journal de tournage de l’œuvre de Stévenin par Yann Dedet qui en fut  le monteur.)

Dedet, quant à lui, proposait Le Pays du chien qui chante, retour sur les mêmes lieux, la Combe de Grandvaux. L’intrigue, cette fois, est plus rigoureuse, même si quelques épisodes mystérieux subsistent. Un couple de Japonais, lui musicologue, elle archéologue, débarque dans ce Jura profond à l’étonnement des autochtones qui cependant les accueillent vite. La richesse du film naît de la multiplicité des regards qu’on peut y porter. C’est un drame, certes, mais c’est aussi une comédie. C’est, mine de rien, une étude ethnographique, un livre de cuisine ( ah, la fondue! ), un hymne à la nature, un portrait tour à tour moqueur et admiratif de ce couple venu du Pays du Soleil levant, un poème.

Deux autres films de Stévenin terminaient ce mini-festival: Double Messieurs et Mischka.

En choisissant ce programme, l’Autre Cinéma et les Quatre Cents Coups remplissaient pleinement leur rôle de diffuseur d’un cinéma non-conformiste quoique fort divertissant. Et rencontrer deux personnalités du septième art, copains joyeux et conviviaux, fut pour nous un vrai plaisir.

Guy Reynaud

Spread the word. Share this post!

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *