Style Selector
Layout Style
Boxed Background Patterns
Boxed Background Images
Color Scheme

Film de Andréa Pallaoro – France/Belgique/Italie – drame- 1h 29 – SN : 24/01/2018
Nominé au Grand prix du jury (lion d’argent) à la Mostra de Venise 2017
Récompense : prix Volpi de la meilleure actrice pour Charlotte Rampling Mostra de Venise 2017

Bravo !!! Le jeune réalisateur de 35 ans, Andrea Pallaoro, met le spectateur à contribution dès le début du film. Il n’y a pratiquement pas de dialogues et très peu de musique (une scène dans le métro avec un passager qui danse).
Ce sont les corps qui parlent, les attitudes, les silences qui racontent. L’histoire c’est le spectateur qui la construit tout au long du film. On attend chaque scène pour essayer de comprendre et d’expliquer la grande souffrance intériorisée d’Hannah. Tout est suggéré par la présence d’Hannah dans sa vie quotidienne.
Elle s’exprime peu, à son cours de thérapie par le théâtre, en récitant des scènes, ou lorsqu’elle rassure son mari en lui mentant sur la visite prochaine de son fils. C’est lorsqu’elle se tait, qu’elle est vraie et nous intrigue au point de nous tenir en haleine, en empathie, jusqu’à la fin de la projection.
Pas d’action, beaucoup de déplacements en métro, autobus, voiture, des scènes dans trois lieux différents.
La façon de filmer m’a intriguée : beaucoup de plans sur les personnages sont tronqués : on aperçoit soit le haut du corps avec le visage, soit la partie du corps réalisant une action.
Pas d’artifices, les corps sont montrés dans leur nudité sans complaisance ni tricherie.
L’interprétation de Charlotte Rampling m’a époustouflée. Quel talent et quelle présence !

Sylviane Llobell

Spread the word. Share this post!

Leave A Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *