Un titre aussi décalé et provocateur que cette histoire tirée d’un fait réel survenu en 2014 dans une petite ville de Macédoine.

Voici Petrunya, un peu grosse et apathique qui semble peu désireuse de plaire aux hommes et même de trouver un emploi qui lui permettrait à 32 ans de quitter le domicile familial.
Apparaissent ensuite de beaux garçons en peine force de l’âge, torse nu, ils vont se jeter virilement dans l’eau glacée d’une rivière pour attraper une croix qu’un digne ecclésiastique a lancée lors d’une cérémonie traditionnelle réservée aux hommes.
C’est Petrunya qui récupérera la croix et ne la lâchera plus qu’à la fin du film quand elle aura enfin pu vivre pleinement son courage, son intelligence et sa détermination.

Dans la réalité du fait divers de 2014, la jeune fille a dû quitter la Macédoine pour Londres afin d’échapper à la colère et à la violence des hommes furieux d’être dépossédés de leur prérogative mais elle a incité d’autres femmes à suivre son exemple.
Lorsque la réalisatrice a souhaité tourner un film autour de cette affaire, les autorités ecclésiastiques lui ont répondu : « Nous l’église refusons d’avoir quoi que ce soit à voir avec votre film. Nous confirmons que Dieu existe et qu’il est un homme » sic !
Le film a obtenu le prix du jury œcuménique à la biennale de Berlin.

Ce film est un véritable pied de nez au patriarcat et à la toute puissance de l’église mais ce n’est en rien un film didactique : l’humour y est omniprésent et l’attitude de Petrunya de plus en plus souriante, calme et déterminée est jubilatoire.

Pour confirmer l’optimisme transmis par ce film, une jeune fille a pu récupérer la fameuse croix en janvier 2019 sans aucune hostilité.

Catherine François

Spread the word. Share this post!

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *