23° Rencontres : quelques impressions, en attendant la prochaine édition.

C’est toujours avec un petit pincement au cœur que l’on se retrouve le dimanche (cette année le 11 novembre) à la Chapelle après le film de clôture. Bilans, discussions, photos…. Tout est bon comme excuse pour prolonger ce moment d’extrême convivialité que sont les buffets des Rencontres.
Comme tous les ans, les cinéphiles caladois (et ils sont nombreux et fidèles) ont découvert une sélection variée et dans l’air du temps, marquée cette année par une forte présence féminine (qui oserait s’en plaindre) et une jeunesse des invité.e.s qui faisait plaisir à voir et à entendre.
Bien sûr, il y aura toujours à redire sur la sélection de tel ou tel film. Mais, faisons confiance au comité de sélection car chaque année sa tâche est fort difficile et il faut jongler avec non seulement la qualité des films mais aussi la disponibilité des potentiels intervenants. Car, ne l’oublions pas, ce qui fait la richesse de notre manifestation, ce sont tous ces moments de discussion avant et après projection et aussi lors des fameux buffets. D’ailleurs tous les invités ainsi que le président du jury nous ont fait remarquer que rares étaient les festivals aussi conviviaux. Frédéric Mercier a aussi insisté, à juste titre, sur la particularité de notre jury, formé de spectateurs, pas forcément experts et spécialistes mais unis par l’amour du Cinéma.
Ce qui m’a particulièrement marqué cette année, c’est l’extrême pertinence des interventions des metteurs en scène et leur volonté de faire autre chose qu’un film. J’entends par là leur désir de témoigner sur notre société, ses travers, ses excès, ses défauts, ses qualités sans pour autant proposer des œuvres plombantes et moralisatrices. Difficile de sélectionner telle ou telle discussion mais les propos de Sébastien Marnier (L’heure de la sortie) et de Romain Cogitore (L’autre Continent) m’ont semblé d’une grande finesse avec une vision sans concession de notre manière de vivre.
Pour conclure, que serait notre association sans ce moment fort et indispensable, bien ancré dans la vie culturelle de Villefranche et ses environs, que sont les Rencontres ?
Merci donc au comité d’animation et de sélection, aux nombreuses « petites mains » et à Bérengère qui travaillent, cette semaine de novembre et toute l’année, à faire vivre notre amour du cinéma ! Moi, personnellement, ce temps fort de novembre m’a donné de l’espoir quant à l’avenir de notre association et de « notre » cinéma.

Olivier Toureau

 

L’effet festival

Bien sûr les spectateurs des Rencontres sont curieux de découvrir des films encore peu ou pas du tout connus. Bien sûr aussi font ils confiance aux adhérents chargés de sélectionner les films mais un autre ressort paraît important qui pourrait s’intituler « L’effet festival » et qui pourrait se définir comme un plaisir à retrouver des spectateurs plusieurs fois dans la semaine, à partager avec des presque inconnus des ressentis, des appréciations, des émotions.
Les buffets de fin de soirée contribuent pour beaucoup à ce plaisir de l’échange. Ce sont chaque soir les bonnes surprises de plats variés et souvent originaux. Nous sommes plusieurs adhérents à avoir recueilli des témoignages de sympathie et de reconnaissance quant aux bons moments partagés lors de ces Rencontres qui portent donc bien leur nom.
Il s’agissait juste d’exprimer un petit moment d’auto congratulation suite au gros travail effectué par Bérengère et la commission Rencontres.

Catherine François.

Spread the word. Share this post!

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *